A la rencontre de Nicolas Lagarde, Entraîneur des Gardiens à la JV


Nouvel épisode de la série  « À la rencontre de » avec la rencontre de Nicolas Lagarde, entraîneur des Gardiens à la JV et du Staff R1.





Qui es-tu ?

Nicolas Lagarde, 51 ans, Technicien de laboratoire, entraineur des gardiens à la JV depuis 10 ans..


Ton parcours de joueur ?

Gardien de but :

De 7 ans à 20 ans, j'ai joué dans le club de mon village natal de Dordogne, Mareuil sur Belle, au niveau départemental. 

Lorsque je suis venu à Bordeaux pour mes études, j'ai signé à Chanteclerc, où j'ai joué en Promotion de Ligue pendant environ 1 an. Puis, du fait de ma profession qui m'amène à travailler le samedi et le dimanche, j'ai joué dans des clubs de District pour avoir des déplacements courts et ainsi pouvoir aller jouer après le travail. 

Au fil de mes rencontres, j'ai évolué à Cadaujac, Martillac, Saucats et Beautiran, mon lieu de résidence actuel.


D’éducateur ? 

- Entraineur des gardiens et adjoint du coach des séniors à Beautiran, Francis Dominguez, pendant 6 ans, qui m’a encouragé à passer mes diplômes. Quelqu’un de très important pour moi, à qui je dois beaucoup dans mon parcours d’éducateur et à qui je pourrais associer le slogan de notre club, Jeu et Valeur.

- Entraineur des gardiens à la JV depuis 10 ans. En fonction des années et des besoins, j’ai pu encadrer les gardiens de toutes les catégories, des U8 aux Séniors. Cela m’a permis de rencontrer et de travailler avec de nombreux éducateurs.


Tes ambitions pour la saison en cours ?

Contrairement aux autres éducateurs, je n’encadre pas une équipe mais des joueurs qui ont choisi le poste le plus difficile du football techniquement mais aussi mentalement. Mon ambition est la même d’année en année : les faire progresser techniquement mais aussi valoriser leur choix pour ce poste extrêmement dur en les soutenant du plus que je peux.



Un petit mot sur le slogan de la JV : Jeu et Valeur

C’est un beau slogan, malheureusement je vais pousser un coup de gueule. En effet, pour promouvoir le beau jeu au football, en plus du niveau des joueurs, on a besoin d’infrastructures de qualité (à un autre niveau, PSG l’a compris). Or, nos installations se dégradent d’année en année. Je crois que nous vivons la pire saison depuis dix ans que je suis là : pas d’entretien des surfaces de jeu, éclairage défaillant depuis le début de l’année, fermetures à répétition des installations par anticipation de la météo ! Mais cela ne nous incombe pas, donc j’essaye de travailler sur les valeurs !


Ta vision du projet club ?

Comme dit précédemment, le projet club ne pourra exister qu’avec le soutien, matériel notamment, de la municipalité. Donc, j’attends que les élections municipales soient terminées pour savoir ce que nous proposera le nouveau conseil municipal.


Merci Nicolas d’avoir pris le temps de nous répondre, nous te souhaitons une belle deuxième partie de saison!

272 vues